Communiqué de presse : Une fois encore faire front contre la barbarie et l’idéologie de la haine !

Une fois encore faire front contre la barbarie et l’idéologie de la haine !

Le 14 juillet a été endeuillé de la pire façon faisant 84 mort-e-s et des centaines de blessé-es. A Nice, sur la promenade des Anglais, la fête populaire a viré au cauchemar.

Un pas de plus a été franchi car parmi les victimes, il y a 10 enfants. Nous condamnons avec force cet attentat terroriste. Nous exprimons notre sympathie et notre solidarité aux familles et aux proches des victimes.

Le mode opératoire est sidérant comme la violence des images. Mais nous ne nous résignons pas et sommes convaincu-e-s, plus que jamais, qu’il nous faut faire front quelles que soient nos différences et où que nous soyons, contre la haine et les idéologies fascisantes qui la nourrissent. Nice vient se rajouter à la liste macabre des lieux d’attentats. Nous n’oublions pas les victimes du terrorisme partout dans le monde.

Mais il nous faut aussi faire front contre les amalgames et les récupérations politiques qui entretiennent la haine de l’autre. Nous refusons l’instrumentalisation de ces actes et les seules réponses sécuritaires. Nous savons que l’objectif de tels actes criminels est de diviser les populations et de renforcer les clivages identitaires. C’est pourquoi, nous ne devons pas céder à la facilité populiste qui stigmatise des populations du fait de leur appartenance, réelle ou supposée, à une origine culturelle ou à un courant religieux.

Nous le savons maintenant, nous sommes engagé-e-s dans une lutte longue. Nous sommes convaincu-e-s qu’elle passe par une confiance retrouvée en nos capacités à vivre ensemble et à construire  une société plus juste et plus solidaire. C’est un combat sans concession pour le maintien des valeurs que nous portons : liberté, solidarité, éducation populaire, égalité, interculturalité.

L’ASTU sera présente au rassemblement en hommage aux victimes à Strasbourg le 18 juillet à 11h 45 Place Kleber.

Strasbourg, le 16 juillet  2016

La Présidente,

Christine Panzer

https://www.facebook.com/events/307068956299355/

 

Communiqué de presse – La Turquie est encore une fois touchée par la terreur obscurantiste.

La Turquie est encore une fois touchée par la terreur obscurantiste.

Une fois de plus nous appelons à faire front partout contre la barbarie et l’idéologie de la haine !

 

La Turquie a été mardi soir la cible d’un attentat terroriste à l’aéroport d’Atatürk d’Istanbul faisant 42 morts et 238 blessés. En un an c’est le dixième attentat sanglant qui touche ce pays. Des centaines de personnes  ont perdu leur vie.

Nous savons que Daesh et ses semblables n’existent qu’à travers la haine et leur idéologie destructive. Leurs bombes sont des bombes posées contre l’humanité toute entière. Nous devons faire front ensemble contre ces logiques destructrices. Cela passe aussi par une condamnation sans concession de toute exploitation de ces mouvements à des fins stratégiques et politiques par certains états. Nous avons pu voir dans quelles impasses ce genre de logique pouvait mener : les conséquences sont effrayantes.

Nous condamnons cet acte terroriste et nous exprimons notre solidarité et notre sympathie aux familles des victimes de cet acte de barbarie.

Nous réitérons notre appel de faire front quelles que soient nos différences et où que nous soyons. Nous devons agir pour que nos sociétés ne vivent pas dans la peur et dans la résignation. Nous appelons à tout mettre en œuvre pour que les idéologies fascistes et obscurantistes qui nourrissent de tels actes soient combattues.

L’ASTU sera présente au rassemblement en hommage aux victimes à Strasbourg le 03 juillet à 14h Place Kleber.

Strasbourg, le 30 juin 2016

Communiqué de presse – Faire front partout contre la barbarie et l’idéologie de la haine !

A Orlando  aux Etats-Unis, c’est  une boite gay qui a été la cible d’un attentat abject faisant 50 morts et 53 blessé-e-s. Il s’agit d’un acte homophobe de la pire espèce. Cela prouve encore une fois que les homosexuel-le-s sont particulièrement soumis-e-s  aux violences commises par des groupes fascistes et intégristes. Des Nazis à Daesh, les meurtres commis au nom de l’homophobie sont des crimes contre l’Humanité.

Nous condamnons cet acte terroriste. Nous exprimons notre sympathie aux familles des victimes, aux militants et militantes de la cause LGBT et aux survivant-e-s de cet acte barbare.

Quelles que soient nos différences et où que nous soyons, nous devons faire front. Nous appelons à tout mettre en œuvre pour que les idéologies fascistes et obscurantistes qui nourrissent de tels actes soient combattues.

L’ASTU sera présente au rassemblement en hommage aux victimes à Strasbourg le 14 juin à 20 h Place Kleber.

Strasbourg, le 13 juin 2016

La Présidente,

Christine Panzer

Communiqué de l’ASTU, Solidarité avec l’ATMF

Communiqué de presse
(Strasbourg, le 04 mars 2016 )

Les discours de haine polluent le climat de notre société. Le racisme, la xénophobie et le repli identitaire dominent le paysage politique. Les associations militant pour la justice, pour la solidarité avec les migrants et les réfugiés victimes d’une logique sécuritaire et utilitaire, deviennent les cibles d’attaques des mouvements de l’extrême droite ! Un pas supplémentaire est franchi.

Les inscriptions racistes retrouvées sur les locaux de l’ATMF (Association des Travailleurs Maghrébins de France – Section du Bas-Rhin) sont une honte pour notre société et une réelle menace pour l’avenir de la société civile.

Les auteurs ont laissé une trace et les procédés et la signature ne laissent aucun doute quant à leur origine d’extrême droite.

L’ASTU condamne fermement ces actes xénophobes et raciste exprime son entière solidarité et sa sympathie à l’ATMF.
Nous espérons que les auteurs de cet acte seront arrêtés et jugés très rapidement pour leur acte lâche.

A l’occasion de la journée internationale des droits de femmes, brunch suivi d’un débat « femmes engagées »

Dans le cadre du brunch mensuel de l’ASTU du mois de mars nous organisons un débat sur la question des « femmes engagées ».
Nous serions ravies de vous compter parmi nous pour être « grandes témoins » de vos parcours et engagements.
Le principe du brunch vous le connaissez sans aucun doute…
Il s’agit suite au brunch d’initier un débat d’une heure environ autour de la thématique choisie. Celui-ci sera animé par des méthodes actives qui permettront à chacun-e de pouvoir s’exprimer d’une manière ou d’une autre. Restant à votre disposition pour de plus amples informations…

Participation de 4€ pour les adultes/3€ pour les enfants pour le brunch.

Janvier 2015 – Janvier 2016: un an après, nous n’avons rien oublié, nous ne lâchons rien !

12512816_10208023816090970_4597637179888028991_n

7 et 9 janvier 2015, un an après …
Nous n’avons rien oublié.
Nous ne lâchons rien.
Nous formulons des vœux pour l’avenir.

 

En mémoire des victimes des 7 et 9 janvier 2015

Rassemblement citoyen
Samedi 9 janvier 2016 à 16h
Place Kléber à Strasbourg

Venez avec crayons, feutres et papiers pour écrire ou dessiner vos vœux !

 

En rendant hommage aux victimes de Charlie Hebdo, nous évoquons les meurtres et emprisonnements de journalistes dans de nombreux pays. Attenter à la liberté de la presse est une marque constante d’une volonté de pouvoir totalitaire.
Nous n’oublions pas les forces de l’ordre victimes des ces attentats.
En rendant hommage aux victimes de l’Hypercasher, nous évoquons la violence obscurantiste qui cherche à éliminer ici ou ailleurs des personnes du fait de leur appartenance culturelle, religieuse ou ethnique, réelle ou supposée.
Nous n’oublions pas non plus les victimes des attentats du Danemark, du Liban, de Turquie, du Kenya, de Tunisie et de partout ailleurs dans le monde…
Nous n’oublions pas les centaines de milliers de réfugiés, eux aussi victimes du terrorisme et les milliers de morts et disparus en cours de migration. L’accueil et l’hospitalité sont préférables aux barbelés.

La véritable lutte contre le terrorisme identitaire et religieux passe par l’éducation et la solidarité internationale autour des valeurs de la démocratie, des droits humains et des libertés. La solidarité et la paix entre les peuples sont des exigences pour notre monde actuel et pour les générations futures.
Les bonnes réponses ne sont pas les murs, ne sont pas les restrictions de libertés et ne sont pas les privations de droits.

Nous continuons à défendre nos acquis démocratiques et nous ne céderons pas aux replis identitaire et culturel. Nous refusons la banalisation des discours et des actes de haine. Il est impérieux d’entreprendre des actions concrètes pour faire face aux fractures sociales, au chômage et à la précarité qui engendrent désespoir, frustration, haine, ferments du terrorisme et des extrémismes.

Malgré toutes les violences vécues en 2015, nous n’avons rien lâché, nous ne lâcherons rien. Nous affirmons que la solidarité, l’égalité, l’ouverture, la liberté, la justice sociale, le respect de l’autre, la fraternité, la laïcité, la liberté de penser et de s’exprimer sont des valeurs qui constituent le fondement de notre démocratie.
Elles ne sont pas négociables.

Nous invitons tous les citoyens et citoyennes à s’engager dans les mobilisations collectives.
Nous ne lâchons rien.

Le collectif « nous ne lâchons rien » – 5 janvier 2016

Cinéma/Débat : « La résistance comme espoir d’une autre ville » / « Gözdağı »

Proposé par l’ASTU et l’Odyssée

Samedi 05 décembre 2015 à 16h30

 

En juin 2013, le parc Gezi près de la mythique place Taksim d’Istanbul fut le théâtre d’une résistance populaire multiforme rarement vue en Turquie. Les manifestants et les occupants du parc ont affronté une répression policière particulièrement violente tout en rêvant d’une autre ville où les habitants auraient leur mot à dire sur leur espace de vie. Cette résistance autour de la protection d’un lieu public s’est transformée en une contestation globale du pouvoir. Cette table ronde dresse un bilan des retombées politiques et sociologiques de ce moment de l’Histoire contemporaine de la Turquie.

Rencontre accompagnée de la projection du film Droit dans les yeux de Can Dündar (2014 – 60mn), qui s’appuie sur les images saisies par les témoins et les citoyens protagonistes spontanés de ces évènements. Ces images nous regardent droit dans les yeux et nous invitent à faire de même.

Avec :

  • Can Dündar, journaliste et rédacteur en  journal Cumhuriyet;
  • Korhan Gümüş, architecte, chroniqueur, militant de la plateforme de Taksim qui a initié la résistance du parc Gezi;
  • Samim Akgönül historien, politologue, professeur, Université de Strasbourg.

Plein tarif : 7,50 € | Tarif réduit : 6 €

« Offrons le globe aux enfants »

Un camion en Autriche, l’image d’Aylan, un enfant sans vie sur la plage interpellent notre humanité. Les images et les faits des derniers jours nous ont ébranlés, nous ont pris le sommeil.

Pourtant, depuis plusieurs années, la Méditerranée est meurtrière. Nos manifestations pour dénoncer l’Europe forteresse n’y ont rien fait car les pays les plus riches ont été fermes dans leur réticence à accueillir ces millions de personnes qui fuient la guerre et les atrocités, particulièrement au Moyen Orient.

Par rapport aux pays limitrophes des zones de guerre, l’effort fourni par l’Europe est ridicule et sans conséquence pour la vie des réfugiés de Syrie notamment.

Il faut que ça change. Car dans cette guerre, l’Europe est impliquée et responsable, comme d’autres Etats.

Il s’agit maintenant de prendre ses responsabilités et de réagir avec humanité à une crise sans précédent. Les états doivent prendre des mesures pour assurer la sécurité et l’accueil des personnes qui fuient au péril de leur vie.

Devant cette situation dramatique, révoltante, nous pensons qu’il est temps que les politiques sécuritaires ne tenant compte que des contrôles des frontières changent. La peur et l’indifférence de nos sociétés à la souffrance et à la détresse des personnes fuyant la guerre et la misère, doivent laisser la place à la solidarité et à la responsabilité collective.

Lutter contre les réseaux mafieux qui profitent de cette situation de détresse humaine, passe par la facilitation  de la circulation et l’accès aux pays européens pour la protection des réfugiés.

Les réseaux citoyens doivent manifester plus que jamais leur solidarité à l’égard des réfugiés et les pouvoirs publics doivent organiser sans perdre de temps leur accueil et leur reconstruction.

A notre niveau et au delà du rassemblement d’aujourd’hui, l’ASTU participera à des initiatives citoyennes et collectives et poursuivra son engagement pour que la conscience collective et solidaire soit plus affirmée.

Nous apporterons notre soutien au réseau des villes solidaires et à l’ensemble des initiatives citoyennes susceptibles d’apporter une contribution à l’accueil des réfugiés.

Forte de son expérience, d’accueil, d’accompagnement, riche des expériences de vie de ses membres, l’ASTU contribuera à Strasbourg  à toute initiative prise pour l’humanité et la dignité, l’accueil et la sécurité des réfugiés.

Cela passera aussi par un combat sans concession contre les discours de haine, de rejet qui fleurissent sur les réseaux sociaux. Il est temps de changer de regard, d’analyse et de représentation sur la réalité migratoire et les enjeux des réfugiés et des exilés.

Il est temps d’accepter et de comprendre que nos sociétés évoluent et deviennent plus riches grâce aux apports  des uns et des autres. Notre capacité d’accueil et de prise de responsabilité en tant que citoyen(ne)s est une responsabilité qui nous rend dignes d’une humanité consciente et solidaire.

Pour que les enfants puissent vivre et pour que les générations à venir grandissent dans la paix, agissons maintenant et soyons solidaire avec les réfugiés, pour que les enfants aient le droit et puissent vivre sereinement.

ASTU- Actions citoyennes interculturelles – Strasbourg, le 5 septembre 2015

Le globe :

Offrons le globe aux enfants
Au moins pour une journée
Donnons-leur afin qu’ils en jouent
Comme d’un ballon multicolore,
Pour qu’ils jouent en chantant
Parmi les étoiles.
Offrons le globe aux enfants,
Donnons-leur comme une pomme énorme,
Comme une boule de pain toute chaude
Qu’une journée au moins,
Ils puissent manger à leur faim.
Offrons le globe aux enfants,
Qu’une journée au moins le monde apprenne la camaraderie.
Les enfants prendront de nos mains le globe
Ils y planteront des arbres immortels.

Nazım Hikmet Ran (traduit par Charles Dobzynski)

Projection/débat autour du documentaire « La Quête 1915-2015 » de Claire Koç

L’ASTU – Actions citoyennes interculturelles – poursuit ses actions en lien avec les questions de mémoires et le centenaire du génocide arménien.

Le vendredi 19 juin à 19h15 à la Salle de la Résidence des Arts, 13a rue du Hohwald à Strasbourg, nous accueillerons la journaliste Claire Koç autour de son film documentaire « La Quête 1915-2015 » et nous échangerons après la projection.

« Un siècle après le génocide arménien de 1915, solennellement commémoré le 24 avril à Erevan, les cicatrices n’en finissent pas de se rouvrir.

Et il ne s’agit pas seulement de savoir ce qui s’est passé il y a cent ans, et que continue de nier, malgré quelques avancées, le pouvoir turc d’Ankara ; il s’agit aussi de la cohabitation entre communautés, entre identités multiples, dans la Turquie d’aujourd’hui.

Ce documentaire, « La Quête 1915-2015 », évoque un aspect particulier de ce douloureux dossier : des Arméniens de Turquie que l’on croyait assimilés à jamais, et qui brisent le tabou qui entoure leur origine.

Le 19 juin 2007, l’assassinat du journaliste arméno-turc Hrant Dink a été l’élément déclencheur de leur prise de conscience.

C’est dans ce contexte de tension et d’intimidation que Miran Pirgiç, petit-fils d’arménien, décide de faire son coming out identitaire. Il est suivi par les journalistes dans ce voyage initiatique dans le Dersim, une région de l’est de la Turquie, à l’histoire et au peuplement singuliers. La notion d’identités multiples est très importante dans mon film. »

Claire Koç est journaliste-reporter diplômée de l’École Supérieure de Journalisme de Lille, Elle a fait ses études universitaires au département de Turcologie de Strasbourg.