Vive le 8 mars : liberté, égalité, sororité !

Pour l’ASTU, le 8 mars ça n’a jamais été « la journée de la femme » mais bien la journée Internationale de lutte pour les droits des femmes. Une journée importante qui rappelle les luttes féministes, ici et ailleurs, des femmes pour l’égalité des droits mais aussi tout ce qui reste à faire et à exiger pour que cette égalité soit réelle.

Car dans ce domaine, le bilan est mitigé tant la situation des femmes dans le monde révèle les injustices, les discriminations dont elles sont encore victimes : violences sexiste, inégalité salariale, droit à l’avortement, structures et mentalités patriarcales.

Le 8 mars est une journée de lutte pour revendiquer et exiger la fin des injustices dans tous les domaines : législatif, économique, éducatif et culturel.

En 2018/2019, en France, l’égalité entre les femmes et les hommes a été considérée comme Grande cause nationale, et pourtant. Même si des intentions sont affichées, il faut rappeler qu’en France

– 90 femmes sont mortes sous les coups de leurs compagnons en 2020.

– une femme perçoit à même titre de compétence 23,3 % de moins de salaire et donc moins de retraite

– on estime à 75000 le nombre de viol par an

– le mouvement MeTOO a libéré la parole et continue de la faire, des femmes dénoncent les violences qu’elles ont subies.

Pour l’ASTU, le principe de l’égalité entre les femmes et les hommes inscrit dans la constitution de la République, ne peut être ni négocié ni relativisé et ne tolère aucune soumission servile à des traditions culturelles. Ce principe nous contraint de réinterroger de nombreuses pratiques : langage, rôle et responsabilité, prise de parole, structures patriarcales. Elle nous engage également dans des domaines revendicatifs précis : actions politiques, lutte contre les violences subies par les femmes, contrôle idéologique du corps des femmes et de la sexualité, domaines de formation, actions éducatives émancipatrices.

Depuis de nombreuses années, à l’ASTU, nous sommes engagé·e·s. Nos actions auprès de femmes victimes de violences, les groupes de paroles, mais aussi les ateliers éducatifs en milieu scolaire sont au cœur de notre projet associatif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.