Covid-19

Alerte COVID-19

Le Président de la République a annoncé des règles strictes que vous devez impérativement respecter pour lutter contre la propagation du virus et sauver des vies. Les sorties sont autorisées avec attestation et uniquement pour votre travail, si vous ne pouvez pas télétravailler, votre santé ou vos courses essentielles. Toutes les informations sur www.gouvernement.fr

https://www.gouvernement.fr/?fbclid=IwAR2O1N8FoKHQYEJB20iwtXT1iqldMIRTFbVMQwt5jgYXsN_EUUomn1jBYb8

COVID-19 UYARISI

Fransa Cumurbaşkanı, hayatınızı ve sağlığınızı korumak ve virüsün yayılmasını önlemek için mutlak bir şekilde uygulamanız gereken gereken resmi kuralları açıkladı..

Dışarı çıkmak yalnızca bir sertifika ile ve evinizde çalışma olanağınız olmadığında mümkündür, yani uzaktan bilgisyar aracılığıyla çalışamadığınızda, sağlığınızla iligili ve temel ihtiyaçlarınızın alımı için özel olarak çıkabileceksiniz.  Konuya ait tüm bilgiler bu site de bulabilirsiniz : www.gouvernement.fr

Dışarı Çıkma onay belgesi

Covid-19 virüsünün yayılmasına karşı mücadele çerçevesinde, dışarı çıkma kurallarına ilişkin, 16 mart 2020 tarihli kararnamenin 1. maddesinin uygulanmasına göre :

Aşağıda imzası bulunan kişi


İsminiz : ……………………………………………………………………………………….


Doğum tarihiniz : ……………………………………………………………………………..


Oturduğunuz yer : ……………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………….

Covid-19 virüsünün yayılmasına karşı mücadele çerçevesinde, dışarı çıkma kurallarina ilişkin, 16 mart 2020 tarihli kararnamenin 1. maddesinin uygulanmasına göre, dışarı çıkma sebebimin, aşağıdaki nedenlerden dolayı olduğunu onaylayıp işaretleyin :

Evden çalışmak mümkün olmadığından, iş yeri ve ev arası zorunlu gidiş-gelişler

□ Temel ihtiyaçları gidermek amacıyla, yetkili ticari kuruluşlara ulaşmak için çıkışlar (liste’ye gouvernement.fr sitesinden ulaşabilirsiniz)

□ Sağlık ile ilişkin çıkışlar

□ Zorunlu aile nedenleri, bireye yardım amaçlı, veya çocuk bakımı için çıkışlar

□ Tüm toplu spor faaliyetleri dışında, oturduğunuz eve yakın, kısa mesafeli, fiziksel ve bireysel etkinlik veya hayvanların ihtiyaç giderleriyle ilgili çıkışlar.

Yer : …………………../ Tarih : …………………

Imza :

Document traduit en turc par l’équipe de l’ASTU pour informer les publics turcophones


COVID-19.

Президент Республики объявил о жестких правилах, которые необходимо соблюдать, чтобы бороться с распространением вируса и спасти жизни. Перемещения разрешаются только при крайней необходимости и со свидетельством: поездки на работу, если вы не можете работать удаленно, визиты к врачам или поход в магазин за продуктами.  Дополнительную информацию вы можете найти  на сайте : www.gouvernement.fr

СВИДЕТЕЛЬСТВО О ПЕРЕМЕЩЕНИИ

В соответствии со статьей 1 Указа от 16 марта 2020 года «О регулировании передвижения населения в рамках борьбы с распространением вируса Covid-19».

Я нижеподписавшийся (аяся)………………………………………………………..

Рожденный (ая)..…………………………………………………………………………….

Проживающий (ая) по адресу ………………………………

Удостоверяю, что мое перемещение связано со следующей причиной, разрешенной в соответствии со статьей 1 Указа от 16 марта  2020 года о регулировании передвижения населения в рамках борьбы с распространением вируса Covid-19 (поставить галочку):

  • Передвижение между домом и местом работы в тех случаях, когда это необходимо для осуществления деятельности, которая не может быть организована в форме телеработы или профессиональных поездок, которые нельзя отложить;
  • Поездки для совершения необходимых покупок в определенных магазинах (список можно найти на сайте: gouvernement.fr)
  • Поездки по причинам, связанным по состоянию здоровья;
  • Передвижение по семейным обстоятельствам с целью оказания помощи уязвимым лицам или ухода за детьми;
  • Непродолжительное передвижение в непосредственной близости от дома, связанное с индивидуальной физической активностью отдельных лиц, за исключением групповых занятий спортом и с потребностями домашних животных.

Город  ……………………………,

………./……../2020

…………………..(подпись).

Document traduit en russe par l’équipe de l’ASTU  afin d’informer les publics russophones

Communiqué de l’ASTU : Attentat contre la mosquée de Bayonne

Pas une semaine ne passe sans attaque raciste et xénophobe.
Le 28 octobre un pas a été franchi avec cet attentat contre la mosquée de Bayonne. Il s’agit d’un acte volontaire, préparé et ciblé. L’auteur affirme depuis de nombreuses années haut et fort ses convictions racistes et suprématistes et son engagement dans le mouvement d’extrême droite. Cet attentat s’ajoute à une liste bien trop longue d’actes criminels qui visent des personnes en raison de leur croyance religieuse et des lieux de cultes.

Nos pensées vont aux victimes et à leur famille et à leurs ami•e•s.

Plus que jamais il nous faut raison garder et éviter amalgames et raccourcis. Le terrorisme quel qu’il soit met en péril la démocratie. Le terrorisme d’extrême droite représente un énorme danger. Ce que nous ont cruellement rappelé les événements de Nouvelle Zélande ou de Halle notamment.

Plus que jamais et notamment à l’approche d’une échéance électorale, nous invitons les groupes politiques soucieux d’une société démocratique et laïque à ne pas céder au populisme identitaire et aux discours de l’extrême droite. Plus que jamais nous attendons des médias de ne pas être utilisés par les crieur•se•s de haine comme tribune pour diffuser leur idéologie.
Plus que jamais nous attendons des mesures pour protéger les populations ciblées.

Résistons à cette ambiance délétère, stigmatisante et discriminatoire. Mobilisons nous pour une société qui dépasse les questions de clivages et d’appartenances et refuse les discours de haine et de rejet.

ASTU ACTIONS CITOYENNES INTERCULTURELLES

Strasbourg, le 29 octobre 2019

Il faut arrêter cette violence !

Depuis longtemps, nous observons avec beaucoup d’inquiétude et d’indignation des actes discriminatoires envers des populations de culture musulmane. Ces derniers jours ont encore été marqués par des propos, des discours et des actes d’une extrême violence.

Des groupes qui n’existent qu’à travers la haine et le rejet de l’autre en entretenant consciemment les clivages identitaires ont réussi à polluer encore une fois le contexte politique et le débat public.

Interpeller des femmes, mère d’élèves, accompagnatrices de sorties scolaires, parce qu’elles portent le foulard, leur signifier qu’elles ne sont pas à leur place et qu’elles menacent la laïcité c’est mettre en péril le principe même de l’égalité des droits et de la laïcité.

Nul ne peut utiliser les valeurs de la laïcité pour stigmatiser et exclure une partie des populations. Cette conception de la laïcité utilisée comme un argument politique par des individus ou des groupes pour viser des populations de cultures musulmanes est vidée de son sens à la fois historique et politique.

L’émancipation, l’autonomie de jugement et la séparation des affaires publiques et des convictions religieuses qui constituent le fondement de la laïcité, s’opposent à ces actes discriminatoires. La laïcité c’est aussi l’adhésion des individus aux principes de l’égalité et de traitement quelques soient leurs croyances.

Nous refusons d’accepter que le traitement de véritables difficultés sociales et économiques passe au second plan à cause de l’acharnement envers les membres d’une population du fait de leur appartenance. Nous ne pouvons pas accepter que les causes portées contre les inégalités, notamment par le mouvement des gilets jaunes, soient transformées en une affaire de haine et de stigmatisation d’une partie de nos populations.  Il faut résister à cette ambiance délétère, stigmatisante et discriminatoire. Il faut se mobiliser pour une société qui dépasse les questions de clivages et d’appartenances et refuse les discours de haine et de rejet.

De tels actes, comportements ou discours ne font que renforcer les fractures et les fragilités qui facilite l’émergence de groupes intégristes, identitaires, et destructeurs.

Non, nous ne céderons pas à la vision réductrice d’une guerre des civilisations, des religions ou des ethnies. Nous poursuivrons notre engagement pour l’égalité des droits, pour les libertés et pour l’émancipation. Nous continuerons d’agir au nom de ces principes pour éviter de tomber dans l’obscurité et dans la haine.

A l’approche d’une échéance électorale, nous invitons tous les groupes politiques soucieux d’une société démocratique et laïque à ne pas céder au populisme identitaire et aux discours de l’extrême droite. Nous attendons des médias de ne pas être utilisés par les crieur·se·s de haine comme tribune pour diffuser leur idéologie.  

Enfin, nous exprimons notre solidarité avec les victimes et dénonçons avec la plus grande fermeté les responsables de ces actes discriminatoires et haineux !

ASTU – Actions citoyennes interculturelles  

Solidarité avec les victimes de l’attentat au Sri Lanka !

Une série d’attentats horribles a secoué le Sri Lanka le matin de Pâques, tuant  plus de 300 personnes et faisant des centaines de blessé.e.s dans plusieurs hôtels et églises.

Encore une fois, nous assistons aux conséquences du fanatisme et de l’obscurantisme qui n’ont  plus de frontière car ils s’attaquent violemment à tous les pays du monde et à  toutes les sociétés et  visent à détruire le vivre ensemble, la mixité culturelle et cultuelle.

Nous vivons une séquence de l’histoire où les fanatiques se nourrissent des clivages identitaires et de la haine des autres. Du plus près au plus loin, tous ces attentats commis nous touchent profondément et nous inquiètent pour l’avenir de nos sociétés.

Aucune cause, aucune idéologie et aucun projet politique ne peuvent justifier de telles horreurs qui visent à détruire des vies humaines. Les auteur.e.s de ces horribles attentats n’existent que par la haine et le rejet de la différence.

Nous exprimons notre solidarité avec les victimes du Sri Lanka.  Nous devons rester mobilisé.e.s, ici comme ailleurs, contre ces mouvements extrémistes qui représentent un réel danger pour notre humanité.

Nous ne pouvons accepter une quelconque logique d’escalade dans la haine qui légitime le fait que chaque jour des personnes soient assassinées parce qu’elles sont de telles appartenances ethniques ou politiques ou de telles convictions religieuses.

Nous exprimons notre entière solidarité avec le peuple sri-lankais, les victimes, leurs familles et leurs proches.

Nous vous appelons également à participer au rassemblement prévu le vendredi 26 avril à 17h, place Kléber pour rendre hommage aux victimes et exprimer notre solidarité  au peuple Sri-lankais!

Strasbourg, le 24 avril 2019

ASTU

Actions citoyennes interculturelles

Comprendre les stratégies des mouvements intégristes et identitaires pour lutter contre l’endoctrinement des jeunes et des adultes

 

Faisant suite aux précédentes formations ainsi qu’à certaines demandes exprimées de la part des partenaires, nous proposons une nouvelle session de formation intitulée « Comprendre les stratégies des mouvements intégristes et identitaires pour lutter contre l’endoctrinement des jeunes et des adultes » qui aura lieu pendant les quatre jours : 29 mars, 04, 10, 17 avril.

Dans un contexte international instable avec la monté inquiétante des affirmations identitaires et des discours de  haine, il nous semble important de mettre à profit les apports théoriques et méthodologiques dans une démarche participative afin  de construire une approche éducative de prévention de l’endoctrinement et de repli sur soi.

Depuis les événements de l’année 2015 et les attentas qui ont marqué l’ensemble de notre société, nous avons souhaité proposer des temps de réflexions et d’analyses afin de comprendre les causes de basculements des jeunes et des adultes dans une affirmation identitaire meurtrière et suicidaire.

En tant que professionnels et/ou militants de l’éducation populaire et de la vie sociale, culturelle et éducative, nous sommes amené-e-s à interroger nos pratiques pour proposer, innover et créer d’autres perspectives.

Vous trouverez ci-joint la présentation de la formation que vous pourriez diffuser auprès de vos salariés et militants.

Cette formation sera limitée à 26 personnes. Pour une meilleure cohésion de groupe, la présence des participants à toutes les séances est souhaitable.

Pour les inscriptions merci de nous envoyer un mail à l’ASTU astu@astu.fr  en précisant, le nom, le prénom, la structure, la fonction au sein de la structure, l’adresse, le numéro de téléphone et le courriel. Une confirmation de votre inscription vous sera envoyée.

NEIGE de Orhan Pamuk au TNS du 1er au 15 février 2017

Photo le crédit : ®FERNANDEZJeanLouis

TNS Théâtre National de Strasbourg propose Neige de l’écrivain turc Orhan Pamuk – prix Nobel de littérature au TNS avec la mise en scène de Waddah Saab du 1er au 15 février 2017. Une soirée rencontre avec l’auteur animéee par Wadda Saab aura lmieu le lundi 6 février à 20h Salle Koltès

NEIGE

RÉSUMÉ

Le poète Ka revient en Turquie après douze années d’exil en Allemagne. Recruté par un journal d’Istanbul, il part enquêter sur le suicide de jeunes femmes voilées à Kars. Dans cette ville frontière, où le parti islamiste semble sur le point de remporter les élections municipales, Ka espère aussi retrouver la belle Ípek, qui vient de divorcer. La neige qui s’abat sur Kars, bloquant tous les accès vers l’extérieur, en fait le théâtre de tous les possibles.

Adapté par Blandine Savetier et Waddah Saab, le roman Neige de l’écrivain turc Orhan Pamuk − prix Nobel de littérature − allie théâtralité et profondeur de pensée, créant un véritable espace de rencontre entre l’Orient et l’Occident…

Blandine Savetier a beaucoup voyagé et vécu à l’étranger (Europe, États-Unis, Moyen-Orient et Afrique). Elle revendique un théâtre de la pensée en prise avec les questions qui agitent le monde contemporain, et place l’acteur au centre de son travail. Elle a mis en scène des textes de Samuel Beckett, Thomas Bernhard, Jean Genet, Henri Michaux, Fernando Pessoa, Dylan Thomas, Jean-Pierre Siméon, Henning Mankell, Carole Fréchette. En 2014, elle a créé au TNS Love and Money de Dennis Kelly.

Dix ans après nous n’avons pas oublié Hrant Dink et nous ne l’oublierons pas !

Le 19 janvier 2007, il y a dix ans, le journaliste et rédacteur en chef d journal AGOS, Hrant Dink a été lâchement assassiné devant les locaux du journal.

Il a été tué par ce qu’il était arménien, parce qu’il cherchait à éclairer une période obscure de l’histoire de son pays et traiter le traumatisme des populations, parce qu’il rêvait une société plus juste,  parce qu’il militait pour la paix et pour les libertés…

Le tireur a été arrêté mais nous ne savons toujours pas qui étaient les véritables commanditaires de son assassinat.

Les questions concernant l’assassinat de Hrant Dink ne trouvent toujours pas des réponses malgré le procès qui dure depuis dix ans.  Il y a plusieurs fonctionnaires de l’Etat  concernés par ce crime et à ce jour, il est difficile d’avancer dans le procès avec une transparence concernant les responsabilités des autorités.

Dix ans après et malgré l’aggravation de la situation en Turquie l’espoir de Hrant Dink est toujours porté par d’autres. Nous n’oublierons pas  notre ami Hrant Dink !

En 2017 nous continuerons à lutter contre les ennemis de l’espoir

Avec 39 morts et 65 blessés, la fête a viré au cauchemar  à Istanbul à l’aube de la nouvelle année.

Comme à Orlando, comme au Bataclan, comme à Berlin, ils ont voulu étouffer la danse, la fête, la musique, la joie d’être ensemble et les rires.

Nos pensées vont aux victimes, à leurs familles et à leurs ami-e-s. Nos pensées vont à Istanbul et à ses habitants encore une fois touchés par la terreur.

A l’aube de cette nouvelle année, nous voulons réaffirmer que la solidarité, la liberté d’expression et de conscience, la laïcité, l’égalité des hommes et des femmes, le rejet de toute forme de discriminations sont des valeurs essentielles et non négociables.

Nous continuerons à agir pour lutter contre l’obscurantisme et les idéologies fascisantes des auteurs de ces attentats.

Nous continuerons à dénoncer le repli identitaire, le rejet de l’autre, les amalgames et les attitudes complaisantes. Nous ne pouvons comprendre la jouissance inhumaine de ceux et celles qui manifestent leur joie ou leur indifférence face à ces atrocités.

Nous continuerons à agir pour un monde plus juste et plus solidaire.  Nous continuerons à croire que l’éducation, le développement de l’esprit critique, la culture et les arts sont sont des moyens bien plus utiles dans la lutte contre l’obscurantisme et la haine.

Nous continuerons à affirmer que l’ouverture au monde, à la diversité des identités et des cultures est une richesse.

En 2017, en dépit et malgré tout nous continuerons à  lutter, à débattre, à  faire la fête et et  à danser pour que l’espoir ne meure pas !

Strasbourg, le 2 janvier 2017

 

Les ennemis

 

Ils sont les ennemis de l’espoir ma bien-aimée

De l’eau qui ruisselle, de l’arbre à la saison des fruits,

            de la vie qui pousse et s’épanouit.

Car leur front marqué du sceau de la mort,

            – dent pourrie,  chair décomposée –

            ils vont disparaître à jamais.

Et bien, sûr ma bien-aimée, bien sûr,

            Sans maître et sans esclaves

Ce beau pays deviendra un jardin fraternel!

Et dans ce beau pays la liberté

Ira de long en large

                     Magnifiquement vêtue

                              de son bleu de travail.

Ils sont les ennemis de Redjeb, tisserand à Brousse,

Les ennemis de Hassan, ajusteur à l’usine de Karabuk,

Les ennemis de la vielle Hatdjen , la paysanne pauvre,

Les ennemis de Suleyman, l’ouvrier agricole,

Les ennemis de l’homme que je suis, que tu es,

Les ennemis de l’homme qui pense.

Mais la patrie est la maison de ces gens-là,

Ils sont donc ennemis de la patrie, ma bien-aimée.

 

Nos bras sont des branches chargées de fruits,

L’ennemi les secoue, l’ennemi nous secoue jour et nuit,

Et pour nous dépouiller plus facilement, plus tranquillement,

Il ne met plus la chaîne à nos pieds,

Mais à la racine même de nos têtes, ma bien-aimée.

 

Nâzim HIKMET                  In. POEMES. 1948.

Communiqué de presse La Turquie a une fois encore été touchée par un attentat sanglant faisant 44 morts et des centaines de blessés.

La Turquie a une fois encore été touchée par un attentat sanglant faisant  44 morts et des centaines de blessés. Celui-ci a été revendiqué par le TAK (les Faucons de la liberté du Kurdistan).

Nous dénonçons et condamnons sans concession ces attentats quels que soient leurs auteurs et leurs motivations.

Rien ne peut justifier une telle horreur. Aucune vie humaine ne doit être sacrifiée au nom d’une quelconque cause. Aucune vie ne doit être sacrifiée dans une spirale de violence et de vengeance.

Nous exprimons toute notre solidarité et notre sympathie aux  victimes de cet acte terroriste  et à leurs familles.

La Turquie subit une succession d’attentats mortels, depuis juillet 2015, il y a eu 33 attentats, faisant 446 victimes dont 363 civils. Nous observons avec beaucoup d’inquiétude cette spirale de violence et cette exaspération des clivages qui sont des cauchemars  pour les populations.

Nous espérons que la Turquie et ses peuples retrouveront rapidement une situation de paix et de sérénité  en s’appuyant sur les principes de la démocratie, des droits humains et de l’Etat de droit. Malgré la répression de la société civile, notamment les arrestations arbitraires des député-e-s, des élu-e-s locaux-les et des journalistes, il est nécessaire de croire à la démocratie et à une justice indépendante.

Aucun acte terroriste ne peut être considéré comme une forme d’expression politique. Nous appelons à ce que tout soit mis en œuvre pour une solution pacifique dans le respect des différences.

Strasbourg,  le 12 décembre 2016

La Présidente,

Christine Panzer

Communiqué de presse : En Turquie, après le coup d’Etat militaire raté, c’est un coup d’Etat civil qui est en œuvre !

Depuis de longs mois l’ASTU, actions citoyennes interculturelles ne cesse d’exprimer son inquiétude sur la situation en Turquie. Dans un communiqué,  nous avions exprimé notre réjouissance suite à l’échec de la tentative du coup d’Etat du 15 juillet, mais nous avions aussi exprimé notre inquiétude que le gouvernement de l’AKP et d’Erdogan ne choisit une politique de chasse aux sorcières. Les tout récents événements nous confortent dans l’idée qu’en Turquie la démocratie est plus que jamais mise  à mal.

Le pouvoir a montré en quelques mois que la démocratie ne peut exister que si vous n’êtes pas opposant au gouvernement et au Président. L’ensemble des droits fondamentaux a été mis en suspension au nom d’une situation d’Etat d’urgence. En déniant la légitimité de leurs mandats locaux ou nationaux, le gouvernement n’a aucune retenue pour mettre en prison les élu-e-s de l’opposition. C’est une nouvelle étape qui vient d’être franchie en arrêtant les députés du parti HDP.

Nous exprimons notre entière solidarité à tous ceux et à toutes celles qui en Turquie œuvrent pour une société ouverte, généreuse, respectueuse des singularités et des diversités culturelles, ethniques, religieuses et politiques.

Nous exprimons notre entière solidarité à toutes celles et à tous ceux qui en payent le prix fort : avocat-e-s, journalistes, enseignant-es, académicien-ne-s, chercheur-se-s, élu-e-s….

C’est une purge qui est à l’œuvre depuis cet été, des milliers de personnes ont été suspendues de leurs fonctions. Nous comprenons l’inquiétude de la population.

C’est clair : l’Etat turc a choisi de passer à la vitesse supérieure avec les gardes à vue des journalistes de Cumhurriyet la semaine dernière et l’arrestation et l’inculpation des député-e-s et des Maires du HDP (parti démocratique des peuples) il y a deux jours. C’est la preuve que la voie sur laquelle s’est engagée le gouvernement turc est périlleuse. C’est une rupture avec la démocratie et l’Etat de droit. Les libertés individuelles, les droits humains, l’indépendance de la justice, la laïcité sont piétinés et bafoués. La polarisation dangereuse des clivages, entretenue par le pouvoir, conduit la Turquie vers une impasse politique.

Nous sommes inquiet-e-s également des retombées que cette situation peut avoir en France et à Strasbourg. Les clivages existants se creusent, les affirmations identitaires se renforcent, les attaques, les diffamations  et les intimidations ont libre cours. Nous affirmons haut et fort que la démocratie, les droits humains et l’attachement aux valeurs républicaines ne sont pas à géométrie variable.

Nous espérons que la France et l’Europe sortiront de leur silence et de leur attitude complaisante à l’égard de ce régime. Nous espérons que les forces démocratiques et la voix de la Paix l’emporteront envers et contre tout. Nous demandons que tout soit fait pour que les élu-es, député-e-s et journalistes retrouvent la liberté.

Strasbourg Le 5 novembre 2016

Christine Panzer, Présidente, ASTU, actions citoyennes interculturelles.

13a rue du Hohwald 67000 STRASBOURG