Janvier 2015 – Janvier 2016: un an après, nous n’avons rien oublié, nous ne lâchons rien !

12512816_10208023816090970_4597637179888028991_n

7 et 9 janvier 2015, un an après …
Nous n’avons rien oublié.
Nous ne lâchons rien.
Nous formulons des vœux pour l’avenir.

 

En mémoire des victimes des 7 et 9 janvier 2015

Rassemblement citoyen
Samedi 9 janvier 2016 à 16h
Place Kléber à Strasbourg

Venez avec crayons, feutres et papiers pour écrire ou dessiner vos vœux !

 

En rendant hommage aux victimes de Charlie Hebdo, nous évoquons les meurtres et emprisonnements de journalistes dans de nombreux pays. Attenter à la liberté de la presse est une marque constante d’une volonté de pouvoir totalitaire.
Nous n’oublions pas les forces de l’ordre victimes des ces attentats.
En rendant hommage aux victimes de l’Hypercasher, nous évoquons la violence obscurantiste qui cherche à éliminer ici ou ailleurs des personnes du fait de leur appartenance culturelle, religieuse ou ethnique, réelle ou supposée.
Nous n’oublions pas non plus les victimes des attentats du Danemark, du Liban, de Turquie, du Kenya, de Tunisie et de partout ailleurs dans le monde…
Nous n’oublions pas les centaines de milliers de réfugiés, eux aussi victimes du terrorisme et les milliers de morts et disparus en cours de migration. L’accueil et l’hospitalité sont préférables aux barbelés.

La véritable lutte contre le terrorisme identitaire et religieux passe par l’éducation et la solidarité internationale autour des valeurs de la démocratie, des droits humains et des libertés. La solidarité et la paix entre les peuples sont des exigences pour notre monde actuel et pour les générations futures.
Les bonnes réponses ne sont pas les murs, ne sont pas les restrictions de libertés et ne sont pas les privations de droits.

Nous continuons à défendre nos acquis démocratiques et nous ne céderons pas aux replis identitaire et culturel. Nous refusons la banalisation des discours et des actes de haine. Il est impérieux d’entreprendre des actions concrètes pour faire face aux fractures sociales, au chômage et à la précarité qui engendrent désespoir, frustration, haine, ferments du terrorisme et des extrémismes.

Malgré toutes les violences vécues en 2015, nous n’avons rien lâché, nous ne lâcherons rien. Nous affirmons que la solidarité, l’égalité, l’ouverture, la liberté, la justice sociale, le respect de l’autre, la fraternité, la laïcité, la liberté de penser et de s’exprimer sont des valeurs qui constituent le fondement de notre démocratie.
Elles ne sont pas négociables.

Nous invitons tous les citoyens et citoyennes à s’engager dans les mobilisations collectives.
Nous ne lâchons rien.

Le collectif « nous ne lâchons rien » – 5 janvier 2016

Cinéma/Débat : « La résistance comme espoir d’une autre ville » / « Gözdağı »

Proposé par l’ASTU et l’Odyssée

Samedi 05 décembre 2015 à 16h30

 

En juin 2013, le parc Gezi près de la mythique place Taksim d’Istanbul fut le théâtre d’une résistance populaire multiforme rarement vue en Turquie. Les manifestants et les occupants du parc ont affronté une répression policière particulièrement violente tout en rêvant d’une autre ville où les habitants auraient leur mot à dire sur leur espace de vie. Cette résistance autour de la protection d’un lieu public s’est transformée en une contestation globale du pouvoir. Cette table ronde dresse un bilan des retombées politiques et sociologiques de ce moment de l’Histoire contemporaine de la Turquie.

Rencontre accompagnée de la projection du film Droit dans les yeux de Can Dündar (2014 – 60mn), qui s’appuie sur les images saisies par les témoins et les citoyens protagonistes spontanés de ces évènements. Ces images nous regardent droit dans les yeux et nous invitent à faire de même.

Avec :

  • Can Dündar, journaliste et rédacteur en  journal Cumhuriyet;
  • Korhan Gümüş, architecte, chroniqueur, militant de la plateforme de Taksim qui a initié la résistance du parc Gezi;
  • Samim Akgönül historien, politologue, professeur, Université de Strasbourg.

Plein tarif : 7,50 € | Tarif réduit : 6 €

Cinéma/Débat à l’Odyssée : « L’autre bourg » / « Öteki kasaba »

Proposé par ASTU, Alsace-Crète et l’Odyssée

Mercredi 02 décembre 2015 à 20h30

« L’autre bourg » est un miroir qu’Herkül Millas brandit face aux Turcs et aux Grecs de deux petites villes de chaque pays.

Herkül Millas est un Grec… de Turquie. Il a vécu la moitié de sa vie en Turquie et l’autre moitié en Grèce. Il enseigne en Turquie et en Grèce mais surtout c’est un passeur, de littérature, de l’art et de la culture entre ses deux pays, et aussi un chasseur d’idées reçues, de stéréotypes nationalistes.

Dans ce documentaire de 2011, Herkül Millas scrute les traces d’un passé mythifié qui engendre l’animosité envers des inconnus si proches. L’autre bourg porte un message universel. Le “nous” se construit toujours aux dépens de l’autre et la haine de l’autre est transmise aux générations nouvelles.

La projection sera suivie d’un débat avec :

  • Herkül Millas, initiateur du projet;
  • Samim Akgönül, enseignant-chercheur à l’Université de Strasbourg.

Documentaire de Nefin Dinç (2011) – 52 mn

Plein tarif : 7,50 € | Tarif réduit : 6 €

Conte musical : Abadou, tante cafarde et le fils

Dans le cadre de la 9e édition du festival Strasbourg-Méditerranée (21 novembre au 05 décembre 2015), l’ASTU a accueilli pour la seconde fois le spectacle musical « Abadou, tante cafarde et le fils » présenté par la compagnie Nath’s and Co.

Les deux comédiens de la compagnie Nath’s and Co, Frédérique Mathieu et Doğan Ertener, mettent en scène l’interculturalité à travers trois contes du monde. En voyageant d’un continent à l’autre, cette création musicale aborde la « différence » sous trois angles (social, physique et femme/homme).

Favoriser la culture

Dans l’objectif de favoriser l’accès à la culture, l’ASTU a invité les classes des écoles élémentaires partenaires à assister à une représentation du lundi 23 au jeudi 26 Novembre 2015 à 9h15 ou à 10h30 au choix à la Salle des Fêtes de la Bourse au 1 place du Maréchal de Lattre de Tassigny à Strasbourg.

Une séance supplémentaire a été proposée à tout public en entrée libre (sur réservation) le mercredi après-midi à 15h.

Ont ainsi participé les écoles de la Meinau, du Neuhof, de l’Elsau, de la Gare, de Hautepierre ainsi que plusieurs centres sociaux-culturels (Elsau, Montagne-Verte, Cronenbourg, Koenigshoffen, Porte Ouverte), soit un total de 1030 participants !

En savoir plus :