A l’occasion des 40 ans de l’ASTU

Journée d’échange et de réflexion Populations immigrées et leurs descendants : Constats, évolutions, enjeux et perspectives

Samedi 8 Novembre 2014 09h00 à 17h00 à la MISHA Université de Strasbourg 5, allée du Général Rouvillois 67000 Strasbourg

Les évolutions qu’a connues l’ASTU depuis sa création il y a 40 ans illustrent celles qu’ont connues les populations originaires de Turquie en France (2015, cinquantième anniversaire de la signature de l’accord franco-turc de 1965) ainsi que les politiques publiques notamment en termes d’immigration, d’intégration et les transformations de la société civile, en particulier de la vie associative.

Si la question des immigrés nous conduit toujours à analyser les caractéristiques des différents flux migratoires et les politiques publiques les concernant, la situation des descendants des immigrés nous interpelle plus encore car celle-ci interroge les mutations sociales, culturelles et politiques auxquelles notre société est confrontée. Réfléchir sur la place des descendants des immigrés arrivés dans les années 1960 en France implique une double problématique.

  • Premièrement il s’agit de mieux comprendre les enjeux sociologiques de ceux et celles qui sont toujours perçu-e-s comme immigrés et au mieux comme allogènes alors qu’il s’agit de générations qui sont nées, scolarisées et socialisées en France. Ce sont des populations dont la catégorisation reste complexe qui sont désignés sous des terminologies telles que « populations issues des migrations », « 2e ou 3e génération d’immigrés » et même parfois tout simplement comme « jeunes de quartiers difficiles » ou plus simplement comme « jeunes de quartiers ». Il s’agira de montrer que d’une part ces qualificatifs sont inappropriés car empreints de représentations voire porteurs de discriminations et que d’autre part ils sont loin de couvrir l’ensemble des problématiques liées à ces populations dont la définition reste floue.
  • Deuxièmement, même si les groupes en question sont les fruits du contexte local (à la fois français mais au-delà, avec des spécificités sociales, économiques et identitaires selon les régions de socialisation), ils sont toujours attachés (et parfois rattachés par la majorité) à un mouvement migratoire, plus ou moins continu, gardant des liens de dimensions différentes avec le contexte de « départ » qualifié comme pays d’origine. A tel point que l’étude des populations en question est devenue impossible sans un regard dépassionné sur les migrations en tant que telles.

La journée d’étude que l’ASTU propose, en collaboration avec l’Université de Strasbourg l’Observatoire Régional de l’Intégration et de la Ville et l’Association Strasbourg-Méditerranée, entend étudier toutes ces dimensions en questionnant les enjeux internationaux, l’évolution des politiques publiques, la situation de la société civile et les questions de socialisation et de stratégies identitaires de ces populations, en mettant l’accent sur le concept d’interculturalité.

Car, même si ces populations sont perçues encore et toujours comme allogènes par une grande partie de la société française, même si les membres de ces « minorités » font principalement usage de leur origine, voire de celle qu’on leur assigne pour se construire une place dans la société, le fait est qu’ils et elles sont en constantes interactions, créant des métissages culturels, linguistiques, religieux et d’une manière générale sociétale.

La journée s’articulera autour de quatre table-rondes où les intervenants communiqueront le fruit de leurs recherches et de leur actions, où universitaires, acteurs de société civile, enseignants, responsables associatifs, institutionnels et politiques partageront leurs expériences et leurs analyses.

Le fil conducteur de cet évènement sera les évolutions qu’a connues l’ASTU qui, dans son parcours depuis 40 ans, témoigne de la continuité des interrogations sur ces « nouvelles minorités » mais aussi des constantes tant du point de vue de classe sociale que de la religion, de la langue et des rapports de genre.

Programme

09h00-09h30 : Accueil

09h30-10h : Ouverture par la Présidente de l’ASTU et (Présidents du Conseil Régional d’Alsace / du Conseil Général du Bas-Rhin / de l’Université de Strasbourg (sous réserve de la confirmation))
10h : Introduction générale • Stéphane de Tapia, Directeur du Département d’études turques de l’Université de Strasbourg, chercheurs au CNRS et inspecteur de la langue turque, • Muharrem Koç, Directeur de l’ASTU
10h30 : L’évolution et le contexte de la vie associative Pourquoi a-t-on besoin des associations ? Pourquoi a-t-on encore besoin d’une association comme l’ASTU ?

L’implication associative est nécessaire et un signe de bonne santé démocratique ; elle enrichit, par ses apports, la vie de nos cités. Mais à travers l’analyse de la situation actuelle des associations, nous chercherons à analyser leurs difficultés et leurs limites. Nous essayerons de comprendre comment une association peut résister, s’adapter, avancer ou disparaître. Les politiques publiques locales, nationales et européennes qui les concernent, leur permettent certes d’exister mais font peut-être aussi courir le risque d’être instrumentalisées. A travers cet aspect, nous examinerons la question de la dépendance ou de l’indépendance des associations sans oublier les aspects financiers. Nous chercherons à contribuer à la compréhension de ce qu’est aujourd’hui l’engagement dans la vie associative, les enjeux en lice, les besoins auxquels elles répondent. Nous évoquerons la situation des bénévoles, la relation salariés/bénévoles, la question de la formation à la vie associative. • Modérateur : Muharrem Koç, Directeur de l’ASTU • Mathieu Cahn, Adjoint au Maire à la Ville de Strasbourg • Mustafa El Hamdani, militant de l’association Calima • Christine Panzer, Présidente de l’ASTU • Gilbert Vincent, Professeur émérite de philosophie, Président de l’association JEEP

11h30-11h45 Pause

11h45-12h45 : L’évolution des politiques publiques et la situation actuelle Depuis plusieurs années les politiques publiques ont connu des modifications importantes et les priorités des pouvoirs publics ne cessent d’évoluer. La réorganisation des compétences des collectivités locales et les fusions des administrations sont-elles la cause des changements des politiques publiques et qu’en est-il réellement de la situation actuelle ? Nous essayerons de comprendre l’évolution des politiques publiques en matière d’action sociale, culturelle, éducative ainsi que des politiques publiques relatives à l’intégration des populations immigrés ou les luttes contre les discriminations. • Modération : Jacqueline Maury, sociologue, militante de l’ORIV • Yan Gilg, Artiste, Directeur artistique de la compagnie Mémoires vives • Mine Günbay, Adjointe au Maire de la Ville de Strasbourg, ancienne Présidente de l’ASTU • Représentant des services de l’Etat (sous réserve de la confirmation) • Murielle Maffessoli, Sociologue, Directrice de l’ORIV

12h45-14h00 : Déjeuner

14h15-15h15 : L’évolution de l’immigration et le contexte actuel Les enjeux économiques et politiques font de l’immigration une question centrale dans le débat public. Les populations immigrées sont-elles en augmentation ? Est-ce que la question de migration est un problème national ? Qui sont ces nouveaux migrants et qu’en-est-il de la situation en Europe et dans les autres pays ? Quelles sont les nouvelles questions relevant de la problématique de l’immigration ? De la situation des premiers immigrés arrivés en France à la situation des enfants descendants des immigrés, des demandeurs d’asile, de la culture d’origine nous tenterons analyser le contexte actuel et de comprendre les nouveaux enjeux. • Modérateur : Francis Grandjean, militant des associations ( CIMADE, ORIV, JEEP…) éducateur spécialisé en retraite • Stéphane de Tapia, Géographe, Directeur du Département d’études turques de l’Université de Strasbourg, chercheurs au CNRS et inspecteur de la langue turque • Smaïn Laacher, Sociologue et chercheur à l’Université de Strasbourg • Laurent Muller, Maitre de conférences en sociologie à l’Université de Strasbourg • Lilla Mérabet, Vice-Présidente du Conseil Régional Alsace

15h15-15h30 : Pause

15h30 – 16h30 : Les enjeux politiques et identitaires internationaux et leurs impacts locaux Depuis quelques années plusieurs pays ont connu des bouleversements politiques et des conflits à la fois sociaux et culturels. La situation au Moyen Orient, la crise économique des pays européens, le développement des mouvements identitaires religieux et nationalistes sont au cœur des nouvelles expressions politiques qui ont un impact direct dans nos cités au quotidien. La question de l’identification aux appartenances suscite souvent des relations conflictuelles et nous enferme dans les stéréotypes dangereux. Que se passe-t-il réellement dans nos sociétés et quelles sont les causes des conflits actuels ? Nous essayerons d’analyser les enjeux politiques et identitaires internationaux et leurs impacts locaux en lien avec la situation des Droits de l’Homme et des libertés individuelles et collectives. • Modératrice : Myriam Chopin, Maître de conférences en histoire médiévale à l\\\’Université de Haute-Alsace, Présidente de l’Association Strasbourg-Méditerranée • Samim Akgönül, Enseignant-Chercheur à l’Université de Strasbourg et au CNRS (DRES) • Haydar Kaybaki, Educateur spécialisé, militant et ancien Président de l’ASTU • Oana Gaillard, chercheuse et doctorante, spécialiste des questions relatives aux Rroms. 16h30-17h00 : Clôture et mise en perspective • Samim Akgönül, Enseignant-Chercheur à l’Université de Strasbourg et au CNRS (DRES) • Murielle Maffessoli, Sociologue, Directrice de l’ORIV

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Inscription à l’ASTU par mail ou Tél 03 88 32 98 32

Possibilité de déjeuner sur place, merci de réserver d’avance.

Contribution de 10€ sera sollicitée.